POSTUROLOGIE - POSTUROTHERAPIE

Localiser, hiérarchiser et traiter les dysfonctions à l’origine des troubles de la posture.

"Etude du système de régulation de la posture, des stratégies d'équilibration mises en place"

​​​​​​​

Le système postural est un "tout structuré" à entrées multiples  qui permet à l'homme de lutter contre la gravité et de se situer par rapport à son environnement.

UN PEU D'HISTOIRE

  • Dans les années 50, BARON, montre que de légères modifications proprioceptives entraînent des adaptations posturales et locomotrices majeures ; ces dernières générant un cortège de pathologies sont traitées par des stimulations posturales au niveau des organes sensoriels.
  • Suite aux travaux sur les réactions d'équilibration, GAGEY,  développe la notion de Système Postural fin (SPF), organise l'examen clinique postural et crée la Posturologie.
  • DA CUNHA décrit en 1979 le syndrome de déficience postural qui élargit le syndrome post-commotionnel en y incluant les troubles de l'axe corporel.
  • En 1985, VILLENEUVE et collaborateurs apportent les connaissances podologiques orientées vers la posture et enrichissent les perspectives cliniques et thérapeutiques en développant la Posturopodie.
  • En 1994, MARINO et VILLENEUVE suite à des recherches cliniques créent la Posturodontie. Cette thérapeutique posturale utilise des réactions d'orientation, à point de départ stomatognatique notamment labial et lingual par l'intermédiaire de gouttières ou de subtils collages (alph) sur les faces vestibulaires ou linguales des dents.
  • En 1996, LEMAIRE et VILLENEUVE  développent une véritable Thérapie Manuelle Informationnelle au service de l'homme debout : la Posturothérapie, à partir d'une synthèse entre les recherches fondamentales en neurosciences et les découvertes cliniques.

LE SYSTEME POSTURAL

L'homme debout, même immobile en apparence, ajuste sa posture en permanence. Il oscille à l'intérieur d'un cône de 4° d'arc dont le sommet est représenté par l'appui des pieds au sol. 


Le contrôle, très fin et automatique, de ces oscillations est appelé système postural.


L'équilibre postural de l'individu est plurifactoriel. Il dépend de l'intégrité d'un système complexe capteurs. Ces capteurs renseignent en permanence le système nerveux central.


Celui-ci traitera l'ensemble des informations venant de l'extérieur (exocapteurs) et de l'intérieur du corps (endocapteurs) :


  • Exocapteurs : Oculaire, podal, vestibulaire, manducateur, cutané
  • Endocapteurs : Neural, vasculaire, viscéral, ostéo-­musculaire, capsulo-ligamentaire, crânio-sacré


Ces stimulations sensorielles seront traitées par le système nerveux central qui déterminera la meilleure réponse posturale (changement du tonus musculaire) en fonction des possibilités de la personne.

LE PATIENT POSTURAL

Des chocs physiques ou émotionnels, des positions de travail inadaptées, ou une alimentation déséquilibrée peuvent créer des tensions sur différents schémas neuro-musculaires.


Ces tensions vont  perturber le fonctionnement de l'organisme et la posture du patient s'en trouvera souvent modifiée.

En général, le patient souffrant d'un trouble postural présente des examens complémentaires normaux, une symptomatologie riche, une hypertonie para vertébrale unilatérale ou bilatérale.

​​​​​​​

Les différents symptômes ont été regroupés par le Docteur Da Cunha en 1979 et constituent le Syndrome de Déficience Posturale (SDP).

LES INDICATIONS

L'ensemble du tableau clinique décrit par Da Cunha n'est jamais présent, mais le patient présente toujours un ou plusieurs symptômes :  


Les signes fonctionnels cardinaux sont :


  • Douleurs : Céphalées, douleurs rétro-oculaire, thoracique, abdominale, arthralgies, rachialgies.
  • Déséquilibre neurovégétatif : Nausées, étourdissements, vertiges, chutes inexplicables.
  • Ophtalmologiques : Asthénopie, vision trouble, diplopie, scotomes directionnels, métatopsia.
  • Proprioceptive : Dysmétrie, somatoagnosie, erreurs d'appréciation du schéma corporel.


Les signes fonctionnels secondaires sont : 


  • Articulaires : Syndrome de l'articulation temporo-mandibulaire, torticolis, lumbago, périarthrite, entorse de genoux, de chevilles,… 
  • Neuro-musculaires : Parésies, défaut de contrôle moteur des extrémités.
  • Neuro-vasculaires : Paresthésies des extrémités, phénomène de Raynaud.
  • Cardio-circulatoires : Tachycardie, lipothymie.
  • Respiratoires : Dyspnée, fatigue.
  • O.R.L. : Bourdonnements, surdité.
  • Cognitifs: Dyslexie, dysgraphie, agoraphobie, défaut d'orientation, défaut de concentration, pertes de mémoire, asthénie, anxiété, dépression. 

L'EXAMEN CLINIQUE POSTURAL

Le posturologue fait une étude complète du schéma corporel dans son ensemble. II prend en considération la position de la tête, de la ceinture scapulaire (épaules), du rachis, de la ceinture pelvienne (bassin), des membres inférieurs et bien sur des pieds.


Le bilan postural va objectiver le morphotype, les déséquilibres toniques, les dysfonctions informationnelles et biomécaniques qui perturbent l’équilibre et empêchent la bonne intégration des traitements posturaux.


La partie clinique comprend de nombreux tests validés scientifiquement qui guideront le praticien vers la région du corps qui est en dysfonction et qui pourra être améliorée par un traitement postural adapté.

  • DSCI0025.JPG
  • DSCI0026.JPG
  • DSCI0027.JPG

LA POSTUROTHERAPIE

A partir d'une palpation sensorielle globale associée à des réflexes posturaux ou neurovégétatifs (dépistage), la Posturothérapie Neuro-Sensorielle (P.N.S.) permet de localiser, d'identifier, hiérarchiser les différents tissus dysfonctionnels responsables du Syndrome de déficience Posturale et des pathologies fonctionnelles.


La PNS, grâce à des neurostimulations manuelles, (réinitialisation épidermique, saturations artérielles, neurales, viscérales, articulaires et sidérations musculaires), permet de les traiter de façon pérenne les patients fonctionnels en souffrance chronique.