Blog

Comment offrir à votre bébé un bon démarrage dans la vie?

Pour le nouveau-né, l'arrivée dans notre monde n'est pas toujours très simple. Dans un laps de temps court, le foetus subit les contractions de l'utérus qui vont l'aider à se frayer un passage dans la filière maternelle, tout juste adaptée à ses dimensions. Dans le même temps, il va devoir passer d'un environnement aquatique à un environnement aérien.


Ces contraintes successives sont habituellement bien supportées par l'enfant, dont le crâne va voir ses os se superposer afin de rétrécir son diamètre pour permettre le passage dans le bassin maternel. Les épaules vont être comprimées latéralement, et les fesses de l'enfant reçoivent la contraction utérine. Les os, encore cartilagineux, peuvent accepter facilement cela.

Suite à la naissance, l'organisme du bébé sait comment retourner vers un équilibre de sa structure: les cartilages se décompriment, le crâne reprend sa forme normale, le thorax se déploie grâce aux effets combinés de la respiration, de la succion, des cris.

Parfois, les contraintes ont été trop importantes.


Le corps du bébé n'arrive alors pas à se remettre rapidement de cet état de compression.


Certains blocages peuvent alors persister après la naissance et être à l'origine de troubles aussi divers que fréquents:


  • Cris, pleurs, irritabilité
  • Torticolis, asymétrie du crâne
  • Troubles de la digestion: reflux, régurgitations, vomissements, ...
  • Coliques, diarrhées, constipations
  • Troubles O.R.L. chroniques: otites, rhino-pharingites, bronchiolites, ...
  • Troubles du comportement et/ou du sommeil, …
  • La main entraînée de l'ostéopathe saura déceler et traiter le moindre blocage permettant ainsi d'agir efficacement sur ces troubles. 
  • Mais l'ostéopathe ne s'intéresse pas seulement au crâne de votre bébé; il s'assure également de la bonne mobilité du thorax, du bassin, des charnières vertébrales, des viscères… tout cela toujours en douceur.

QUAND FAUT-IL CONSULTER UN OSTEOPATHE? 

Dès la naissance : Cette consultation a un but préventif pour vérifier l'absence de blocages et pouvoir les traiter au plus tôt s'ils existent, avant même l'installation des troubles. 

Il faut certainement consulter en cas de:


  • accouchement trop long (plus de huit heures)
  • accouchement trop rapide (moins de deux heures)
  • grossesse multiple
  • présentation par le siège, le front ou la face
  • forceps ou ventouse
  • aide à l'expulsion en appuyant sur le ventre
  • césarienne
  • péridurale
  • souffrance fœtale
  • prématurité


C'est ensuite, aux grandes étapes de sa croissance, que votre enfant peut connaître quelques difficultés d'adaptation; l'ostéopathe peut aider votre enfant à franchir ces étapes:


  • Maintien de la tête 3 mois
  • Station assise 6 mois
  • Marche 1 an
  • Course vraie 3 ans 1/2
  • Orthodontie


Pour dénouer les tensions, prévenir les déséquilibres, une consultation post-natale n'est jamais superflue, pour le bébé comme pour la maman.

SPECIFICITES DU DIAGNOSTIC OSTEOPATHIQUE DU NOUVEAU-NE

La médecine ostéopathique est un art thérapeutique où le patient, dans sa globalité, est toujours au centre de l'attention totale du praticien. 
Quel que soit le motif de consultation, le symptôme présenté sera replacé dans le contexte holistique du patient pour permettre un Diagnostic Spécifique Ostéopathique qui seul conduira au traitement approprié. 

Dans le cadre néonatal, ce diagnostic est doublement spécifique:


  • D'une part, par rapport au diagnostic pédiatrique classique, fondé sur nombre des tests à visée essentiellement neuro-orthopédique et biologique.
  • D'autre part, par rapport à l'approche ostéopathique de l'adulte qui, pour l'essentiel, n'est pas transposable au nourrisson.


Les pédiatres néonatalogistes sont amenés le plus souvent à un diagnostic binaire du nouveau-né.


A l'examen initial pédiatrique pratiqué à J0 ou J1, pour 1000 naissances:


  • 820 bébés sont considérés comme «normaux», c'est-à-dire ne présentant pas de pathologies médicalement décelables. 
  • 100 bébés présentent des problèmes peu sévères et transitoires. 
  • 60 montrent des risques graves et sont orientés vers des services spécialisés. 
  • 20 naissent en grande détresse vitale immédiate et devront bénéficier de soins intensifs. 


Ce qui signifie que 920 bébés sur 1000 ne présentent, au plus, que des difficultés d'adaptation spontanément réversibles, soit 92%. 

Les ostéopathes constatent généralement qu'environ 85% des nouveaux-nés présentent des dysfonctions ostéopathiques.


Ce qui signifie qu'un grand nombre d'entre eux sont porteurs de dysfonctions infra-cliniques (sans présenter de symptômes…) non décelables à l'examen pédiatrique et susceptibles:


  • Soit d'évoluer vers une pathologie développementale ou cognitive
  • Soit de s'amender spontanément en quelques semaines


Les 85% de nourrissons présentant des dysfonctions ostéopathiques nécessitent-ils un traitement?


Fort heureusement NON. Les ostéopathes doivent donc privilégier un mode diagnostique permettant de détecter les bébés présentant des dysfonctions spontanément réversibles (comme le sont un grand nombre de déformations adaptatives de la boîte crânienne) qui peuvent «bénéficier» de l'abstention thérapeutique. 
A chaque fois qu'un ostéopathe applique une technique de correction sur un nouveau-né, il doit se demander si son intervention est supérieure à la capacité d'autocorrection du patient… 
Si le traitement est nécessaire, il ne doit pas être seulement orienté vers la correction des dysfonctions mais surtout destiné à favoriser la correction spontanée, l'autocorrection, qui doit ici, plus que jamais, rester au cœur du concept ostéopathique.


On constate néanmoins que dans de nombreux cas, des pathologies se développeront dans les années qui suivent sur des enfants médicalement asymptomatiques à la naissance. Ce qui incite certains neuro-pédiatres à rechercher des modes d'évaluations neuro-orthopédiques plus sophistiqués. 

L'approche ostéopathique n'appartient pas à cette évaluation clinique médicale plus précise, mais propose une tout autre observation du nouveau-né.


Une autre vision, fonctionnelle, tissulaire, éminemment infra-clinique, fondée sur le développement palpatoire et perceptuel des praticiens qui est la clé de voûte de la progression de l'art ostéopathique.